10 conseils pour réaliser la démo parfaite

10 conseils pour réaliser la démo parfaite

Vous avez écrit 3-4 titres qui envoient du bois, voulez vous faire signer sur un label et grimper dans les charts, ou vous désirez simplement montrer votre talent à un promoteur de concerts ? Vous avez besoin d’une démo qui sonne ! Beaucoup de groupe minimisent l’importance de présenter une bonne maquette et sont freinés dans leur route vers le succès. Voici donc 10 conseils pour créer un bonne démo et ne pas échouer ! 


1. All killer, no filler !

Votre démo doit sonner ! Du début à la fin. Vous devez donc sélectionner vos meilleurs morceaux et laisser de côté les compos « bien mais pas top ». Pour le moment il s’agit avant tout de faire bonne impression. Demandez à des membres de votre entourage, qui a le recul nécessaire, quels sont les 2-3 morceaux qu’ils préfèrent. Les chansons qui récoltent le plus de votes sont sans aucun doute les plus accrocheuses et celles sur lesquelles vous devez parier. Travaillez les arrangements, raccourcissez le solo fleuve du guitariste lead si nécessaire et changez la tonalité du morceau si votre chanteur ne s’y sent pas à l’aise.

2. Deadlines !

Même si cela ne sonne pas sexy et créatif, vous devez vous fixer des délais et organiser votre travail. Oui, c’est sûrement cool de vous enfermer dans une maison de campagne tous les weekends pour créer le chef d’oeuvre ultime, mais vous n’êtes pas encore Led Zep ?. Vous pourrez corriger certaines choses lors de l’enregistrement de l’album et pour le moment il faut aller à l’essentiel et laisser de côté les petits détails inaudibles. Vous devez montrer ce dont vous êtes capables artistiquement parlant !

3. Recording = Relax ?

Maintenant que vous avez décidé de la direction à suivre, il est temps de vous enregistrer ! Il convient de garder quelques détails en tête afin de ne pas vous rater. Nouvelles cordes, nouvelles peaux de batterie, instruments réglés et accordés. Prenez le temps de vous familiariser avec votre instrument si celui-ci est neuf : réglages d’ampli, d’effets, pré-amplis et interface audio, etc. Faites quelques tests avant d’appuyer sur le bouton REC et amusez-vous ! Souvenez-vous qu’un bonne prise est faite de groove, d’énergie, on doit sentir vos tripes!

4. Prendre de temps d’éditer

Avant de mixer vos pistes, prenez le temps d’éditer l’audio. Supprimez ou minimiser les imperfections, les « plosives » et autres bruits de respiration. Vous pouvez également quantifier les parties de batterie. Toutes les erreurs de jeu et de performance ne seront pas pardonnées, car de nos jours, des outils sont disponibles pour les corriger facilement.

5. (Don’t) fix it in the mix

Si tout s’est déroulé comme prévu, il est temps de mixer ! On ne va pas vous faire un cours sur le mixage ici, ce n’est pas l’objectif de cet article. Vous ne mixez pas un album mais une démo. Il est certes toujours préférable d’avoir le meilleur son possible mais le plus important c’est le côté musical et vivant de votre prod’. Visez donc un mix clair et équilibré, chaque instrument doit être clairement audible.

6. Mastering @ Home

Une fois que vous êtes satisfait de votre mix, vous devez prendre le temps de faire le mastering. Puisque votre but est de vous faire remarquer et sortir du lot, ne passez pas trop de temps sur la dynamique, et montez l’intensité générale du mix de manière à ce que tous les instruments soient entendus quelque soit le niveau d’écoute. Ajoutez un peu de compression et d’égalisation. Vous pouvez aussi utiliser des outils d’élargissement de la stéréo et d’ajout d’harmoniques pour faire respirer et briller le tout.

 

7. Raconter une histoire et convaincre

Pour capter l’attention de votre auditeur, il faudra soigneusement choisir vos morceaux. Ceux-ci doivent véhiculer de l’émotion et être parfaitement exécutés. On doit pouvoir sentir l’âme de votre groupe, quelque soit votre message. Que vous parliez de black metal vegan, de poupées ou de rupture douloureuse, il faut avant tout être authentique, unique et captivant !

8. La forme de l’art

L’étape suivante est la partie visuelle de votre démo : la couverture, la photo de groupe, le livret, etc. L’ensemble doit être cohérent et en adéquation avec votre musique. La  clé est de taper dans l’œil, donc soyez original. Last but not least : la qualité des visuels proposés. Les photos doivent être de préférence en haute résolution, pitié, personne ne veut voir vos selfies pixelisés en contre-plongée disgracieuse !

9. Le dossier de presse

Le dossier de presse sert à présenter votre musique et votre groupe aux producteurs, labels et tourneurs. Celui-ci doit emmener le lecteur dans votre univers et inclure un résumé de vos accomplissements, votre bio, vos réseaux sociaux et quelques photos au format pdf. Convertissez votre maquette en MP3 et emballez le tout dans un fichier zip. Pour éviter de finir aux oubliettes, essayez de vous adresser à une personne qui partage votre univers musical.

10. Release Party!

C’est pas fini! Après avoir surmonté toutes ces étapes, il ne vous reste plus qu’une seule chose à faire : célébrer la mission accomplie. Organisez une soirée ou un concert de lancement et diffusez votre musique. Invitez tous vos amis Facebook, vos partenaires et amusez-vous, vous l’avez bien mérité!

Quelle est votre expérience en matière de démo ? Avez vous des anecdotes à partager ? 

Author’s gravatar
Passionné de musique et de son, j'ai rejoint le petit village d'irréductibles musiciens de Treppendorf en 2005 pour finalement y poser mes flightcases.

2 commentaires

    Aaaah, non, pas la mp3, c’est ok si t’écoutes tous seul avec tes écouteurs foireux, mais pas pour une demo! Le mixeur ne s’est pas emmerdé pour ça! Sinon, thx pour les conseils 🙂
    Sinon, pour ceux qui veulent se faire connaître pour pas cher, il y a distrokid 😉

Laisser un commentaire