7 conseils pour les cuivres : comment se former ?

7 conseils pour les cuivres : comment se former ?

Il y a, pour tous les instruments dans lesquels on souffle, ce qu’on appelle les techniques de respiration, de lèvres et les techniques d’entrainement. L’ensemble de ces techniques a une influence décisive sur votre capacité à jouer. La persévérance, le son agréable et aussi les hautes tonalités sont directement liées à ces techniques. En fin de compte, vous créez le son sur votre instrument par l’interaction de vos différents muscles, de votre respiration et de votre pratique. Plus les notes sont élevées, plus elles sont difficiles à réaliser, épuisantes pour les lèvres et les muscles du visage. Alors voici quelques conseils pour vous !

#KissMyBrass 🎺💋


1. La technique

Il s’agit du lien entre vous et votre instrument à vent. Ce n’est pas simplement de mettre ses lèvres en cœur et de souffler; se concentrer sur les lèvres c’est oublier que le son vient du diaphragme et des muscles du dos. Mais pour y arriver, les lèvres et les muscles faciaux doivent être aussi développés, il y a donc une relation étroite entre le jeu et l’entrainement des muscles. Il est impossible, par exemple, de reprendre au même niveau la trompette après quelques jours sans avoir entraîner les muscles, tout comme n’importe quel sportif. Le jeu des instruments à embouchure ne peut être coordonné avec précision et sans fatigue, qu’avec une musculature adéquate et parfaitement entraînée.


2. Pratique des techniques avec l’instrument ?

Malheureusement, cela ne fonctionne qu’avec modération. On ne peut pas vraiment aller plus loin sur l’instrument sans s’entraîner à ces techniques. La raison est simple: si vous vous exercez sur l’instrument et que l’approche des techniques est mauvaise, vous compenserez les écarts par la respiration, le diaphragme et d’autres zones du corps. Le manque de force et de coordination des muscles des lèvres et du visage est simplement rempli par d’autres organes, ce qui aura pour conséquence de vous épuiser rapidement. Il est donc important d’effectuer un entraînement initial sans instrument ou avec un outil d’entraînement méthodique qui régule la pression sur les lèvres.


3. Travailler vos muscles où vous voulez

Admettons-le, on ne peut jouer d’un cuivre où l’on veut. Par contre on peut garder ses muscles en forme facilement. Tout le monde le sait, les muscles doivent être entraînés régulièrement et pendant des journées entières si l’on veut progresser ou même maintenir son niveau. Une solution pratique existe avec les embouchures d’entrainement comme le P.E.T.E.E. de Warburton. Largement utilisés par les professionnels, ils vous permettent de perfectionner votre technique n’importe où et n’importe quand ! Si vous devez faire une pause de quelques jours, cela rendra votre retour sur l’instrument beaucoup plus facile.

Pour enrober ce paragraphe avec le précédent, un outil d’entrainement très efficace pour adapter vos techniques à votre instrument sans faire n’importe quoi, est le kit d’entraînement Stratos Embouchure qui donne également de bons résultats. Le système a été développé pour s’assurer qu’une bonne approche se réalise d’elle-même. Il permet de jouer sans pression excessive qui pourrait endommager les lèvres ou solliciter les muscles de la mâchoire et du visage. Ce système peut fonctionner également avec d’autres cuivres.


4. Exercices des lèvres

De nombreuses possibilités d’entrainement des muscles des lèvres peuvent être trouvées. Notamment avec ce que l’on appelle des lip expanders ou des lip dumbbells. On dirait un peu du culturisme mais pour les muscles du visage et des lèvres. Les lèvres, le diaphragme et les muscles faciaux sont les zones spécifiques qui doivent être entrainées selon le même principe.


5. Embouchures

Bien sûr, vous pouvez aussi vous entrainer avec votre embouchure, juste comme ça, sans instrument. L’avantage de cette variante est que vous pouvez ajuster les lèvres aux dimensions de votre embouchure en même temps. Il y aussi le feeling qui va avec. Le choix de l’embouchure est empirique, vous devez essayer pour savoir laquelle vous convient. L’embouchure 3C d’Arnolds & Sons, par exemple, est populaire pour la trompette. Les trombonistes aiment utiliser l’embouchure 6-1/2 AL-S du même fabricant, mais tout est une question de goûts personnels.


6. Ne jouer que dans une intonation raisonnable

Il est important de faire attention à la hauteur lorsque vous jouez avec les autres. Si vous devez constamment compenser la hauteur incorrecte en rapprochant l’embouchure de vos lèvres, par exemple, cela ne fera que rendre celles-ci douloureuses, et ne les rendra pas plus fortes. Si vous éloignez légèrement l’embouchure de vos lèvres, vous finirez par développer votre technique et serez capable d’atteindre ces notes aiguës. Une fois que vous avez maîtrisé ces dernières, les muscles faciaux autour de votre bouche devraient être fatigués après une session, ce qui est bon signe. Ils ont alors besoin de repos et, le lendemain, ils seront plus forts. C’est le même principe que de savoir donner un coup sans se briser la main ou la jambe en sport de combat par exemple. James Morrison l’explique très bien dans cette vidéo


7. Persévérez sans vous époumoner

Ces différents ustensiles pour l’entraînement sont utiles et efficaces. Il faut cependant tenir compte d’au moins trois aspects : premièrement, on y arrive pas du jour au lendemain, bien sûr. Deuxièmement, il faut s’entraîner, à l’instrument et aux techniques et les entretenir par des exercices réguliers. Après tout, pendant un entraînement sportif, on ne jette pas les muscles travaillés une fois qu’on les a « gonflés ». Ils régressent naturellement si on ne les entraînent pas. Enfin, un conseil important : restez décontracté; si vous sentez que vous êtes à bout c’est que votre technique doit être améliorée, un effort, s’il est bien exécuté, ne doit pas vous pousser dans vos limites. A part peut être 8 contre-ut d’affilé à la trompette mais tout le monde ne s’appelle pas Satchmo.

 

Author’s gravatar
Passionné par la guitare, la musique et le son, Charlan a rejoint Thomann en 2005 et a joué dans divers groupes aux influences funk.

1 commentaire

    Bons conseils mais pour les saxophonistes ???
    Merci

Laisser un commentaire