10 conseils pour emballer votre public

10 conseils pour emballer votre public

Il faut placer la barre très haute pour laisser un souvenir impérissable de votre concert à votre public. Une bonne partie de ce dernier a sûrement déjà assisté à des shows gigantesques, tant au niveau son et lumière qu’au niveau de la qualité de la musique. On a déjà vu des stars arriver sur scène en hélico…Cependant la base reste la même : vos spectateurs payent pour un show dont ils souhaitent garder le meilleur souvenir, ils veulent et doivent ressentir quelque chose. C’est à vous de leur proposer cela et avec conviction svp ! Voici quelques conseils pour bien préparer votre prochain gig ! 


1. Introduction et conclusion

L’ouverture et le final sont les plus importants : en effet c’est souvent du premier et du dernier morceaux que votre audience se souviendra le mieux. Cela veut dire qu’il faut être au top et envoyer du bois dès le départ. Un peu de fumée sur la scène, projecteurs allumés, faders montés et hop c’est parti, chansons après chansons jusqu’au bouquet final ! Et entre les deux ?

2. Éviter le matraquage

Le truc à éviter à tout prix c’est de canarder le public sans arrêt. Une sollicitation excessive fatiguera votre public, qui ne pourra pas gérer la surcharge sensorielle. N’oubliez donc pas la dynamique, afin d’avoir des moments forts et des moments plus apaisés. N’hésitez pas à faire une petite pause entre les morceaux, de prendre le temps de communiquer avec votre public, et de le laisser respirer. Un concert n’est pas une course de sprint.

3. La grande communion

Un concert est une expérience commune. Pour le groupe et pour l’audience, ensemble. Les gens en face de vous ne sont ni des pantins, ni des marionnettes, ils sont venus pour vous. Qu’importe qu’ils soient 10 ou 10000, ce sont les personnes que vous devez toucher et embarquer dans votre univers. Il faut donc leur parler, les regarder, leur raconter l’histoire de telle ou telle compo par exemple…

4. Un peu d’animation

Un mot magique : interaction. Planifiez des passages dans lesquels votre public peut chanter avec vous ou taper dans les mains. Organisez un mosh pit, un stage dive ou une polonaise, à vous de voir ! Votre succès auprès de l’audience de se mesure pas qu’à l’applaudimètre. Observez les visages, le langage corporel, les réactions, etc. Gardez les yeux bien ouverts :  il ne s’agit pas de vous, il s’agit seulement de votre auditoire.

5. Et la lumière fût

Votre public veut ressortir de la salle enchanté, émerveillé, ou au moins ressentir une sensation agréable. En plus de la qualité de votre musique, votre show lumière est également décisif. Imaginez un bon film au cinéma. Les images et les différentes scènes sont accompagnées de la musique appropriée afin de faire appel à tous vos sens. Pour vos concerts, le principe est le même : essayez d’adapter l’atmosphère de la scène à vos morceaux : un peu de romance, de surprise et des éclairs de lumière, etc !

6. On se bouge !

La musique ça ne stagne pas, et c’est bien comme ça. Les musiciens ne doivent donc pas rester plantés comme des piquets, même s’il ne faut pas sauter comme une puce tout le temps. Mais le chanteur ou la chanteuse, le guitariste ou le bassiste peuvent tout à fait passer d’un côté de la scène à l’autre en courant s’ils sont équipés d’un système sans fil, voire même aller au contact du public. Et sinon répétez des petites chorégraphies !

7. Ne pas badiner avec la discipline

En principe, vous maîtrisez votre instrument et tout se passe pour le mieux…dans la salle de répète. Sur scène, c’est une toute autre histoire. Le son doit être parfait, bien que l’environnement vous soit souvent étranger. Clearsonic A4-7 Drum ShieldOn sait tous que le batteur est toujours le plus bruyant et que le gratteux monte son volume discrètement morceaux après morceaux. Faites donc vos balances sérieusement et en fonction de l’intensité des morceaux. Réduisez toutes les sources de bruit au maximum, en remplaçant les retours de scène par des systèmes InEar par exemple. Quant au batteur, on peut toujours l’enfermer entre 4 panneaux de plexiglas 😉

8. Blacklister Monsieur Larsen

A moins d’avoir le luxe de travailler avec un ingé-son, c’est bien souvent vous, le groupe, qui êtes en charge du mixage. Vous connaissez les bases de la sono et savez vous servir d’une table de mixage. N’oubliez pas l’égalisation pour équilibrer le mix, et aider chaque instrument à trouver sa place dans le spectre sonore. Vous pouvez également vous en servir pour limiter les larsen ou pour corriger les défauts de la salle. Vos spectateurs ne vous pardonneront pas si vous abîmez leurs tympans !DBX 1231

9. Mécanique ondulatoire

La physique et l’acoustique peuvent parfois agacer, et pas seulement à l’école. Mais vous devez être entendus correctement quelque soit la position de l’auditeur dans la salle. Les différentes fréquences du spectre ne se répandent pas à la même vitesse dans l’air. Il est donc parfois nécessaire d’installer des enceintes de rappel à quelques mètres de la scène, gérées par un contrôleur de ligne de délai. La question ne se pose pas pour les petits clubs mais pensez-y pour les plus grandes scènes. Cela évitera au public du premier rang d’en prendre plein la tête pour que les gens du fond puissent vous entendre.

10. Rien de grand ne s’est accompli sans passion

Si vous voulez éblouir votre public, c’est avant tout une question d’attitude. Respectez l’horaire annoncé, soyez en forme et organisés : de la tenue de scène à l’équipement de rechange (cordes, micros, baguettes, etc), emmenez le nécessaire avec vous ! Jouez et chantez comme s’il s’agissait de votre dernier concert, soyez passionnés ! Si vous arrivez à divertir votre public, alors ce dernier vous portera. Et votre groupe aura fait un grand pas en avant. Bonne chance !

Author’s gravatar
Passionné de musique et de son, j'ai rejoint le petit village d'irréductibles musiciens de Treppendorf en 2005 pour finalement y poser mes flightcases.

Laisser un commentaire