Les 7 galères de la scène

Les 7 galères de la scène

… et quelques idées pour les contourner.
Une salle de spectacle, samedi soir, 21 h: vous avez un concert, puis cela arrive … Nous avons répertorié quelques galères que certains d’entre vous ont certainement vécu sur scène:

 

1. Le trac
Vous connaissez les symptômes du trac: sueur sur le front, palpitations et mains tremblantes. Il surgit toujours peu de temps avant de monter sur scène, et même les musiciens les plus expérimentés doivent souvent faire face à ce phénomène. Un verre d’alcool peut avoir un effet relaxant mais ce n’est définitivement pas la solution idéale. Il est préférable d’avoir recours à des remèdes de grand-mère, comme la valériane, mais naturellement à petites doses. 😉 Une bonne organisation est l’un des moyen d’éviter le trac. En général, vouloir tout faire à la dernière minute élève le niveau de stress inutilement. Travailler son instrument régulièrement reste la manière la plus efficace de maîtriser le doute de soi. Courte pause, respiration profonde et régulière avant un concert aident également à surmonter la nervosité.

 

2. Paroles oubliées
Une situation des plus embarrassantes, sauf si vous jouez dans un groupe de Death-Metal ;-). Cela peut arriver et il existe plusieurs solutions afin de réagir sur le moment: vous pouvez improviser d’autres paroles (qui parmi le public connait les textes mot à mot?), ou simplement ne rien chanter et animer le public. Avec une bonne préparation et les conseils du paragraphe précédent, vous pouver éviter les trous de mémoires. Autre astuce: vous pouvez acheter un pupitre dans notre magasin. 😉

 

3. Corde cassée/peau déchirée
La loi de Murphy: Une corde se rompt en plein milieu d’un solo. Une guitare supplémentaire sur scène, ainsi qu’un jeu de cordes de rechange sous la main, peuvent s’avérer d’une grande utilité. Vous pouvez changer de guitare, ou de corde, pendant que votre chanteur « distrait » le public. 😉

 

4. Vous ne vous entendez pas
Vous ne vous entendez pas, ou n’entendez pas vos musiciens. C’est un sujet très vaste pouvant remplir des livres entiers. Qui est trop fort et pourquoi? Voici quelques conseils très simples: peut-être qu’un seul amplificateur couvre le reste du groupe. Dans ce cas il est judicieux de baisser le volume du « fauteur de trouble » plutôt qu’augmenter le volume des autres instruments.
Il est également possible de modifier la position de l’amplificateur (angle ou hauteur de diffusion) afin d’obtenir une meilleure qualité sonore. L’utilisation d’un Deeflex peut s’avérer être d’une aide précieuse, il garantit un son plus équilibré et mieux distribué sur scène comme dans la salle.

 

5. Salade de câbles
Sur scène, un certain nombre de câbles de différentes longueurs est nécessaire pour le branchement du matériel de sonorisation et des instruments. Accidentellement, les musiciens peuvent s’emmêler les pieds dans les câbles et les débrancher. La salade de câbles est un piège que vous ne devriez pas sous-estimer, car il se peut que vous vous retrouviez dans la situation décrite dans le paragraphe suivant …

 

6. Badaboum!
Naturellement c’est une situation embarrassante si vous tombez sur scène, voire dans le public, mais pas la fin du monde. Pour éviter ce genre d’acrobatie, nous vous conseillons d’utiliser des attaches de câbles ou du gaffer afin de les fixer. A ne pas oublier: Les systèmes sans fil sont des choses merveilleuses ;-).

 

7. Mauvais son
Ce thème est une histoire sans fin… Premièrement, il est possible que l’acoustique de la salle ne soit pas bonne. 😉 D’autre part, il existe d’innombrables manières de gâcher un bon son. Avec quelques astuces simples, vous empêchez cela et valorisez votre propre son:

Un bon son doit être particulièrement équilibré. Le but est que le public puisse entendre et apprécier toutes les voix et instruments de manière distincte. Prenez votre temps, et discutez en ensemble de façon d’obtenir un son général agréable et équilibré (voir paragraphe 4) – et cela avant votre concert! Si votre équipement ne sonne pas bien sur scène, aucune table de mixage, ni ingénieur du son ne pourront faire de miracle.

Autre astuce: un problème typique dans les petites salles sont les cymbales trop fortes. Elles déséquilibrent le son général et rendent souvent le chant incompréhensible. Un remède rapide que nous recommandons uniquement dans les situations d’urgence est de coller du gaffer sous les cymbales afin de raccourcir leurs résonance et d’atténuer les aigus. Un moyen plus professionnel, vous évitant des heures de discution avec votre batteur, et offrant de meilleurs résultats, est l’utilisation de Cympads.

A ne jamais négliger: vérifiez votre instrument avant le concert, un bon accordage est essentiel pour une bonne prestation. Nous conseillons pour les guitaristes l’utilisation d’un accordeur à pince monté en permanence sur la tête de l’instrument, et pour les batteurs un accordeur pour batterie ou clé d’accordage.

Quelle est la situation la plus embarrassante que vous avez vécue sur scène?

 

Author’s gravatar
Passionné par la guitare, la musique et le son, Charlan a rejoint Thomann en 2005 et a joué dans divers groupes aux influences funk.

9 commentaires

    Toujours intéressantes tes chroniques Charlan ! Merci !

    Petite faute d’orthographe: « Le but est que le public puisse entendre et APPRECIER »

    Sinon, chouette chronique 😉

    j’ai eu la corde de B qui casse sur un plan tapping avec corde à vide, je change donc vite fait de guitare, et reprend mon solo. la même corde casse sur l’autre guitare. tsoin tsoin tsoin…

    En plein festival, devant 4500 personnes, j’ai ma pédale de grosse caisse qui décide de rendre l’âme. Heureusement à cette époque je jouais en double grosse caisse, du coup j’ai profité d’un battement entre 2 morceaux pour remplacer la pédale principale. Au final, j’ai pas eu mon solo à la double grosse caisse, mais j’ai sauvé mon concert !

    J’imagine que les commentaires sont modérés, donc celui-ci n’est pas à publier mais sert à informer : il y a des fautes dans le texte qu’il serait bon de corriger (genre « des plus embarrassante », « précedent », « descripte » à la place de décrite, « vous empêchez cela et valoriser », « Le but est que le public puisse entendre et apprécié »)
    Bref, c’est dommage de gâcher selon moi un article intéressant (on n’entend jamais assez l’excellent conseil « baissez au lieu de monter pour améliorer le son » et je suis content de le lire ici) avec des fautes qui ne font pas pro.
    Cela dit sans critique, hein! 🙂

    Une coupure de courant, concert gâché assuré ^^ Et le matos aime pas sa !

    Grave réactif le Charlan, bravo! 🙂

    Ma pire galère ? Ma belle gratte, qui m’avait montré des signes de faiblesse avant le concert mais sans jamais vraiment défaillir, me laisse tomber en plein morceau, 30 secondes avant un passage où je joue quasiment seul. Heureusement que j’avais une gratte en spare, mais j’étais pas bien !!

    une grosse sono, des lumières et tout et tout … et je pense que ma Big Muff a la place de s’enclencher se met a clignoté gentiment ( avec un son comment dire… enfin tout sauf de la musique) et la pédale d’accordeur qui rend l’âme en plein milieux comme ça rien que pour dire qu’elle aussi a le droit au chapitre… j’ai fini branchement Direct ampli ‘finito’ les jolies fioritures mais bon tant que c’est dans le temps ça passe… ( la pédale a fini lynchée par le public 🙂 art-no.

Laisser un commentaire