Mozart: le premier pirate de la musique?

Mozart: le premier pirate de la musique?

De nos jours, l’industrie de la musique s’abandonne un peu au fait qu’il y ait des téléchargements illégaux et de la diffusion en continu de musique. Il n’y a malheureusement pas grand chose à faire contre cette activité illégale sur Internet. Vous pensez peut-être qu’il s’agit d’un phénomène de notre ère hautement technologique, mais détrompez-vous! Il y a près de 250 ans, l’un des plus grands secrets musicaux du Vatican a été volé par un jeune homme de 14 ans. Le mystère musical de la chapelle Sixtine à Rome était une réalité aux XVIIe et XVIIIe siècles. Pendant 140 ans, une composition de Gregorio Allegri intitulée « Misere mei, deus » a été interprétée uniquement pendant la Semaine sainte. Depuis 1630, la partition a-cappella du prêtre était gardée secrète par le Vatican. La distribution et ses performances en dehors de cette semaine était strictement interdite. Quiconque aurait osé le faire aurait été excommunié. Aux yeux et aux oreilles du pape, la chorale est si proche du ciel et de la perfection que partager ses partitions serait criminel. Et la parole du pape était loi.


Secret clérical

La « protection contre la copie » prescrite est assez simple. Après tout, nous parlons de la période allant du baroque au classicisme viennois. Il n’y a qu’une seule partition écrite à la main, et Miserere est beaucoup trop complexe pour être mémorisée à l’oreille puis interprétée ou écrite à la maison. La garder secrète ne devrait donc pas être un problème? Mais c’était sans compter  cet enfant prodige de la musique, âgé de 14 ans lorsqu’il fut autorisé à participer à un service du mercredi de la représentation dans la chapelle Sixtine. Il entendit Miserere mei, Deus d’Allegri, et su l’écrire instantanément et presque parfaitement.

Le Vendredi Saint suivant, il s’assit à nouveau à l’église et apporta quelques corrections. Cet enfant s’appelait Wolfgang Amadeus Mozart. Il poursuivit ensuite son voyage en Italie, et révéla le secret de la céleste pièce de chorale, longtemps restée légendaire.

14-year-old Mozart


Pirate, voleur créateur ou dénonciateur?

Mozart était-il vraiment le premier « pirate de la musique »? Eh bien, pas selon les critères actuels. Il avait seulement écrit une chanson sans la diffuser ni en faire, ou vouloir en faire un profit. Les technologies n’avaient pas encore été inventées pour diffuser instantanément le manuscrit à des milliers de personnes. Mozart a offert la liberté au « Miserere mei, deus », il l’a sorti d’une cage de protection inutile grâce à son talent, son oreille absolue et sa naïveté. Peut-être conviendrons-nous alors du terme « premier dénonciateur musical ».


Honneur et pardon au lieu de punition

Il est également intéressant de noter que Mozart n’a nullement été puni; bien au contraire! Le pape était tellement impressionné par ses capacités extraordinaires qu’il a fait chevalier le garçon dans « l’Ordre chevaleresque de l’éperon doré ». Pour illustrer le degré de difficulté: Le Miserere est un morceau pour chorale à neuf voix. Tandis qu’une chorale à cinq voix chante une version de la pièce, une autre chorale à quatre voix chante sur une variante. Tout cela avec une longueur d’environ 12 à 13 minutes, bien qu’il existe plusieurs versions différentes. Alors conserver tout cela dans votre tête et le retranscrire?! Inimaginable!


Mais attention: Voler, c’est mal!

Nous nous devons de mentionner que cet article n’est en aucun cas un hommage aux pirates de la musique. L’industrie de la musique, notamment les compositeurs, paroliers et musiciens, souffrent particulièrement de la distribution non autorisée de leurs chansons et de leurs œuvres. Alors, s’il vous plaît, ne volez pas de musique et ne soutenez pas les artistes qui ont travaillé extrêmement dur pour la créer pour vous!

Author’s gravatar
La musique d'abord, mais la guitare surtout ! Guillaume rejoint Thomann en 2017 et en est actuellement à 588 pauses déjeuner passées dans le magasin à essayer du matériel !

3 commentaires

    « Alors, s’il vous plaît, ne volez pas de musique et ne soutenez pas les artistes qui ont travaillé extrêmement dur pour la créer pour vous! » Vraiment?

    Merci d’avoir élargi mes connaissances avec ce bon article.

    James, Kirk, Lars et Robert ne souffrent pas particulièrement de la distribution non autorisée de leurs chansons et de leurs œuvres, je crois qu’on peut y aller franco de ce coté-là… et de quelques autres…

Laisser un commentaire