10 conseils pour enregistrer une batterie

10 conseils pour enregistrer une batterie

A l’ère des réseaux sociaux, les batteurs ambitieux se doivent d’enregistrer au mieux leur son de batterie, au risque de se retrouver avec une bouillie sonore. Poser à plat les maquettes du groupe ou simplement pour écouter a posteriori vos exercices est une expérience toujours enrichissante, alors autant le faire avec un son correct. Les batteurs sont tout particulièrement amenés à s’intéresser à l’enregistrement multipistes et les contraintes que cela impose. Voici donc 10 conseils pour enregistrer une batterie ! 


1. Est-ce votre kit de batterie?

Si votre batterie ne sonne pas très bien, il est très peu probable que cela change sur l’enregistrement. Et il faut beaucoup d’expérience pour éditer manuellement une mauvaise base (même si certains plugins peuvent vous faciliter la tâche) afin de coller à ce que vous avez en tête. Premièrement, imaginez ce que vous voulez obtenir au final et essayez de vous rapprocher de cela juste en accordant la batterie, et si vous avez beaucoup frappé, commencer par changer les peaux ou l’ajustement de la tension. Ce serait idéal si vous pouviez tout faire avant un enregistrement, car souvent le patchwork n’engendre que la frustration. Pour les toms, les peaux éprouvées de Remo Emperor Tom sont recommandées.

Remo Emperor Coated

Une grande aide pour l’accordage des fûts: le Tune Bot Drum Tuner, livré avec une clé de réglage.

Tune Bot Drum Tuner

 

2. Un peu d’atténuation fait des merveilles

Un son plus profond, avec plus de résonance est une bonne chose. Les fans John Bonham avec son kit Ludwig open-tuned le savent. Cependant, la réalité de la plupart des salles de répétition ne sonnent pas souvent comme les grandes salles de concert et n’offrent pas non plus le matériel d’enregistrement outrageusement cher alors utilisé. Et c’est bien sûr toujours au début, quand vous en avez besoin le plus, que le matériel fait le plus défaut. A l’enregistrement des toms, afin d’éviter une trop grande modulation, vous devriez considérer l’utilisation d’atténuateurs d’harmoniques sur les peaux : votre son pourrait bénéficier d’une petite (voire grosse, n’hésitez pas à en mettre plusieurs si l’effet persiste) atténuation de l’un ou plusieurs des fûts. Dans de nombreux cas, l’atténuation des grandes résonances vous font gagner en précision et grâce à cela vous obtenez aussi plus de choix lors du mixage, surtout au niveau des possibilités de compression. Une atténuation est généralement apposée sur les toms et la caisse claire, et d’excellents outils comme le Moongel remplissent parfaitement cette tâche, si bien d’ailleurs, que certains batteurs en mette même sur leurs cymbales!

RTOM Moongel Damper Pads

 

3. Adaptez votre style de jeu

La proéminence du son de charley et des cymbales est souvent synonyme de mauvais réglages, mais pas seulement. Si vous n’avez d’ailleurs que quelques microphones disponibles, vos possibilités d’édition seront limitées en post-production. Lorsque les cymbales sont trop fortes dans le micro overhead et couvre la caisse claire et les toms, il est très difficile de récupérer le mordant de la batterie.Un peu de discipline et d’exercice (jouer moins fort sur certains éléments) sont souvent nécessaires et un bon placement des micros est primordial.

 

4. Utilisez les bons microphones

Commençons par éliminer les micros intégrés des téléphones mobiles, tablettes ou enregistreur de poche. Cela fait, nous arrivons à la gamme de micro utilisée par les professionnels; les prix commencent en dessous de cent euros pour atteindre des sommes peu rationnelles pour un amateur. Mais en restant raisonnable, voici quelques exemples de micros usés et ré-usés par beaucoup de pros. Pour la caisse claire, grosse caisse et les toms, les microphones dynamiques sont privilégiés et ne nécessitent pas d’alimentation fantôme 48 Volts. Certains micros de qualité comme le Shure SM57 pour la caisse claire et les toms, et le Beta 52 (de Shure aussi) sur les grosses caisses, apportent dans la plupart des cas d’excellents résultats.

Les deux micros les plus importants se placent au dessus de la tête et porte le nom de leur description en anglais: Overheads. Souvent en couple pour récupérer de la stéréophonie, on utilise principalement des micros à condensateur petite membrane, non seulement faciles à positionner pour cette application, mais qui apportent aussi du volume et de l’espace tout en faisant ressortir les aigus: il font respirer la batterie. Des candidats comme l’Octava MK-012 ou le Rode NT-5, également vendus en couple appairés, montrent que ces modèles aussi peuvent être abordables.

Oktava Mk 012

 

5. Procurez-vous une interface avec suffisamment d’entrées micro

Afin d’enregistrer le son capté par vos microphones dans votre ordinateur, vous avez besoin d’un périphérique qui convertit l’information du signal analogique en format numérique. Cet appareil s’appelle une interface audio. Mais lequel des nombreux modèles sur le marché convient le mieux pour l’enregistrement d’une batterie ? Réponse simple : celle avec le plus d’entrées micro. Mais méfiez-vous ! Cela ne signifie pas que le nombre d’entrées affiché sur les interfaces correspondent au nombre d’entrées micro. Par exemple, si vous lisez « 16 entrées » dans les descriptions, cela ne signifie pas que vous pouvez connecter 16 microphones. Il faut aussi compter les entrées au niveau ligne ainsi que les entrées de l’interface numérique que vous n’utilisez pas pour connecter un micro. La plupart des interfaces ont entre un et huit préamplificateurs de microphone, cependant, au moins quatre entrées sont recommandées, pour, par exemple, une grosse caisse, une caisse claire et deux microphones overheads, et huit entrées si vous avez plus d’ambition. Si le budget est serré, les premiers prix comme la Behringer UMC 1820 sont accessibles pour moins de 300 euros, mais le standard du rapport qualité / prix est établi par la Focusrite Scarlett 18i20 au prix légèrement plus élevé.

Focusrite Scarlett 18i20 2nd Gen

Focusrite Scarlett 18i20 2nd Gen

 

6. Le bon micro au bon endroit

La plupart des micros utilisés ont un diagramme polaire (que l’on appelle aussi directivité) dit cardioïde, soit en forme de cœur (imaginez une forme de cœur autour du micro) et vous obtenez la zone que le micro peut « entendre ». Ils sonnent au mieux lorsque la source est proche, dans l’axe, devant eux. Plus le micro est proche de la source, plus le son direct est capté et dans une moindre mesure l’espace autour de celui-ci. Cette technique est appelée «close miking» et est presque toujours appliquée aux caisses claires, grosses caisses et toms. La batterie développe énormément de pression acoustique, et comme les microphones dynamiques sont presque insensibles à ces fortes pressions, ils sont utilisés sur les fûts la plupart du temps. Les microphones à condensateur sont généralement plus sensibles, ils fournissent un niveau de rendement plus élevé et sont donc souvent utilisés pour les micros overheads ou d’ambiance.

 

7. Ajoutez un micro d’ambiance

Le but de la plupart des musiciens est de capturer un son authentique de l’instrument enregistré. Parfois, cependant, une petite «poussière» (« dirt ») appropriée et mise au bon endroit peut entraîner d’excellents résultats sonores. Positionnez ce micro (qui est souvent de mauvaise qualité) à quelques mètres de la batterie directement entre la ride, la grosse caisse et la caisse claire. En post-traitement, mettez un compresseur sur la piste et définissez une attaque rapide et un ratio élevé. Une fois l’ensemble mixé à votre goût, le son de la batterie devient plus puissant, plus saisissant, plus angulaire, plus spatial. Ou tout à la fois. Faites attention cependant à la phase des micros (la distance entre la source et la membrane du micro) ! Grâce aux logiciels DAW actuels, vous constaterez que les attaques ne sont pas alignées (il faut un peu zoomer 😉 et peuvent créer des « trous » dans le son. Encore une fois, de nombreux plug-ins sont disponibles si vous ne vous en sortez pas.

 

8. Optimisez l’acoustique du lieu

Certes, il existe des thèmes plus intéressants pour les batteurs qui préfèrent investir leur argent et leur temps dans des instruments ou des sons. Cependant, si vous n’arrivez jamais à trouver le bon son lors de vos enregistrements, il est probable que la solution réside dans l’espace où vous enregistrez. En général, plus l’instrument développe du volume plus le lieu et ses caractéristiques acoustiques influent sur le son, et donc, l’enregistrement, alors que seuls quelques-uns peuvent s’offrir le luxe d’une grande pièce avec de hauts plafonds et des murs non parallèles. Les éléments acoustiques comme les basstraps de coins peuvent déjà faire des miracles et filtrer la résonance « caverneuse » de la pièce. Votre grosse caisse et vos toms seront également plus définis et précis sur l’enregistrement, cela facilitant l’édition. Si vous n’avez pas le temps de construire le vôtre, les basstraps HOFA et les absorbeurs de coin t.akustik sont très pratiques. Dans un second temps, il est conseillé de monter des absorbeurs et / ou des diffuseurs aux murs. Même si fabriquer soi-même ses propres outils acoustiques revient moins cher, vous obtiendrez des résultats  parfaitement adaptés à vos besoins grâce aux nombreux articles fabriqués par des professionnels.

 

9. Donnez à votre grosse caisse une profondeur naturelle

Vous avez sonorisé votre batterie et vous avez encore un canal de libre? Un microphone de grosse caisse supplémentaire vous offre des options de post-traitement qui rendent votre kit plus riche, mais en même temps plus naturel. Il peut s’agir d’un microphone large membrane en face de la peau de résonance, comme par exemple l’Aston Microphones Origin.

Aston Microphones Origin

Avec les réglages de mixes corrects, votre grosse caisse ressort encore mieux du mixe et augmente le son de la frappe. N’oubliez non plus qu’un canal microphone disponible peut servir à de nombreuses autres sources (pas seulement pour la batterie 😉

 

10. Séparez les sources sonores

Vous voulez enregistrer l’ensemble du groupe en même temps, mais le son de la batterie n’est pas si bien réglé ? Dans ce cas, les amplificateurs et baffles ne doivent pas pointer directement vers le kit de batterie afin que vous n’entendiez pas leur signal sur les canaux des fûts et overheads aussi fort que votre caisse claire. Évident ? Pas toujours ! Les panneaux acoustiques Clearsonic pour amplis et batteries peuvent également se révéler très efficaces dans ce cas.

 

11. (pour la route) Le trigger / déclencheur 

Il y a souvent un manque d’optimisation acoustique de la pièce en particulier dans les enregistrements « maison » et rares sont ceux qui possèdent déjà tout le matériel pro : microphones de haute qualité et kits de batterie adéquats. Parfois, c’est seulement après l’enregistrement que vous vous rendez compte que le son ne correspond pas aux idées souhaitées à priori. Ceci est particulièrement gênant lorsque vous avez une très bonne prise avec un groove de malade bien au chaud « dans la boîte ». La technique de remplacement de batterie peut être alors utilisée pour déclencher des échantillons à la place des frappes. Pour cette tâche, il existe des plug-ins, tels que Slate Digital Trigger Platinum, Wave Maschine Labs Drumagog, ou encore le Addictive Trigger von XLN AudioCes plug-ins sont chargés dans la piste de batterie appropriée du DAW et contrôlent des échantillons provenant d’une bibliothèque de sons inclus. La bon point : le groove reste inchangé à la vitesse de l’enregistrement original.

DDrum DDTKIT Acoustic Trigger

DDrum DDTKIT Acoustic Trigger

Autre solution, des micros appelés « Trigger » peuvent être utilisés pour enregistrer des signaux déclenchés lors de l’enregistrement. Le DDrum DDTKIT acoustique Trigger SetPro par exemple, est équipé de micros pour les toms, la caisse claire et la grosse caisse. Ceux-ci peuvent être ensuite associés à une bibliothèque d’échantillons de batterie EZ ou Superior Drummer, Addictive Drums, BFD ou SSD. Ces bibliothèques ont une large gamme de kits de batterie et sont livrées avec des packs d’extension pour de nombreux genres musicaux différents. Il y a aussi le mélangeur interne qui permet de mixer les volumes des micros de la pièce, des fûts et des overheads, et qui vous aide certainement à vous adapter avec souplesse à vos idées de départ sur l’ensemble du son de la batterie.

BONNE CHANCE ! ?

Author’s gravatar
Passionné de musique et de son, j'ai rejoint le petit village d'irréductibles musiciens de Treppendorf en 2005 pour finalement y poser mes flightcases.

3 commentaires

    cool
    par contre un peu plus de détails sur l’interface serait appréciable

Laisser un commentaire