Ces musiques de film devenues cultes

Ces musiques de film devenues cultes

La musique sans image, ça marche. Un film sans bande-son ? Difficile à imaginer. Parfois accentuée, parfois harmonieuse, parfois dissonante selon le besoin de la mise en scène, la musique de film développe la dynamique de l’histoire en arrière-plan. Qu’il s’agisse de sensations fortes, de romance, de drame, de silence oppressant ou de tout autre sentiment, la musique est le catalyseur qui donne vie à toutes les histoires. Nous avons sélectionné ici quelques films cultes que l’on ne peut imaginer sans leur bande-son.


Les Dents De La Mer

La bande-son de John Williams sur « Les dents de la mer », le classique de Steven Spielberg de 1975, est emblématique et magistrale. D’une certaine manière, on a toujours l’impression que les pauses musicales sont encore plus menaçantes que les passages suggestifs et le rythme asymétrique. Williams compose un scénario dans lequel l’instrumentation des cuivres, des cordes et des percussions devient de plus en plus complexe. Tout est fait pour que vous vous retrouviez vraiment face aux dents de la mer.


Psychose

Le thriller « Psychose » de Sir Alfred Hitchcock commence de manière tout à fait bucolique et naïve, on y entend même le gazouillis joyeux des oiseaux. Mais l’idylle est trompeuse. Le réalisateur sait très bien utiliser ses capacités à user les nerfs de l’audience. Les attaques sur le psyché du spectateur sont accompagnées des sons dissonants de cordes bien connus; pas de longues mélodies sur plusieurs mesures, les harmonies sont tout simplement inconfortables, gênantes, voire dérangeantes et donc provoquent à coup sûr un malaise. En parler nous ramène directement aux images de la fameuse scène sous la douche!


Rocky

Depuis 1976, le film culte avec Sylvester Stallone a ramené environ 225 millions de dollars US dans les caisses pour un budget de production de 1 million de dollars US. On peut facilement assumer que de nombreuses personnes ont certainement monté et descendu des escaliers, fait des pompes et autres abdos sur cette musique au cours de ces dernières décennies. Cette musique deviendra un symbole pour tous les gens qui se relèvent.


Star Wars

« Dans une galaxie très lointaine », ces quelques mots évoquent tout de suite « Star Wars ». Le thème principal de John Williams est tout autant évocateur. Vous souvenez-vous de votre chaire de poule, de votre élan émotionnel lorsque cette puissante mélodie qui,  dès le premier instant, remplit l’espace de cuivres et de timbales avec une orchestration de plus en plus complexe? Un esprit d’optimisme, une curiosité galactique, un esprit pionnier interstellaire ? Certainement et cela fait un peu de nous des « Jedi ».


Mission : Impossible

Le thème de Mission Impossible est à l’image du monde lors de sa composition : un enchevêtrement dramatique dans un monde d’agents, dont on arrive même à douter du bien fondé des valeurs du héros. Lalo Schiffrin offre une musique tout aussi mystérieuse que spectaculaire, agressive mais surtout pleine d’adrénaline. La mise en scène puissante de la musique ne laisse aucune question sans réponse : pas de place pour les personnes dont les nerfs ne sont pas à toute épreuve. D’ailleurs comme tout le monde n’est pas un « agent aux nerfs d’acier », la partition originale de Lalo Schifrin a été réécrite en 4/4 (au lieu du 5/4 original), un peu plus mainstream, pour que monsieur tout le monde puisse apprécier…


James Bond

De nombreuses bandes sonores sont maintenant disponibles pour les différents films de James Bond. Le premier thème était « Dr. No » : Dès les premières notes, on est saisi par la tension. Quand le son des cordes, accompagné du vibraphones, rythmés par des instruments à vent et que le riff de guitare électrique est envoyé, il est clair pour tout le monde qu’il reste encore beaucoup d’aventures à vivre. Il n’y a que le martini qui n’est pas secoué dans cette série de films.


2001, l’Odyssée de l’espace

Les sauts quantiques dans le développement humain sont l’objet de « 2001 l’odyssée de l’espace ». Le film est connu parmi les fans de science-fiction comme ayant le Cut le plus célèbre de l’histoire du cinéma : Le chef d’un groupe de singes jette un os dans le ciel sur le côté obscur de l’intelligence, qui réapparaît comme un vaisseau spatial dans un avenir lointain. Et le cuboïde voyageant dans le temps est accompagné en ternaire par « Le Danube Bleu » de Johann Strauss. Cette belle juxtaposition rapproche la science-fiction de la réalité, ce qui n’est pas une tâche facile à accomplir. Magnifique exécution du maître Kubrick, et ce, grâce à la puissance de la musique !


Le Roi Lion

Dans « Le Roi Lion », vous pouvez entendre un mélange extraordinaire de musique classique et de sons traditionnels africains. Il n’y a pas eu d’économie dans la production de Disney. Un chœur zoulou a fourni les éléments africains – et Hans Zimmer a finalement obtenu son Oscar tant attendu. Elton John a composé d’autres mélodies, comme par exemple « Can You Feel The Love Tonight » pour le générique. Cette épopée animale mélancolique ne peut être entendue et vue sans être profondément ému.


American Beauty

Quelque part entre la frustration et la conscience de soi se trouve l’intrigue de « American Beauty », le long métrage oscarisé de Sam Mendes. La crise de la quarantaine vécue par le protagoniste principal Lester nous pousse encore et encore à rire, à sourire et parfois à secouer la tête. Peut-être que le rêve américain des possibilités illimitées est un mythe après tout. La musique du film, minimaliste est accompagnée par de douces notes de piano, des ambiances atmosphériques et calmes donnent aux scènes une note particulièrement émouvante. Le thème principal reposant, parsemé de ces si belles notes de piano, nous fait « souffrir si merveilleusement bien » devant l’écran….


Apocalypse Now

Dans le film anti-guerre « Apocalypse Now », Wagner est associé au combat, l’art martial et l’offensive. L’effet manipulateur déployé par la puissante symphonie de Wagner lors de « La chevauchée des Valkyries » est douloureusement impressionnant. Le compositeur réalise la technique du leitmotiv, le fil rouge avec lequel il prend le spectateur par la main pour l’entraîner dans l’excès de la déraison. Et pour l’illustrer, Mickey Hart, le batteur de « The Grateful Dead », était responsable des parties de percussions improvisées.


Saturday Night Fever

La vague disco des années 70 a vraiment bien commencé avec le film de danse « Saturday Night Fever ». Du romantisme pur avec un mélange de kitsch et de critique sociale dansante pose les bases de l’intrigue autour de l’acteur principal John Travolta. Les Bee Gees étaient plus que branchés à l’époque et offraient un cadre parfait avec des chansons comme « Stayin’ Alive » ou « How Deep Is Your Love ». Vous ne pouviez pas rester dans les fauteuils du cinéma sans vous tortiller dans tous les sens.


Retour Vers Le Futur

Marty voyage jusqu’en 1955 avec une machine à remonter le temps chancelante. Un Blockbuster avec une musique d’Alan Silvestri que tout le monde a vu. Il y avait aussi la chanson « The Power of Love » de Huey Lewis and the News. L’optimisme va vraiment de paire avec le ton du film, mais qui n’est pas exempt de petits anachronismes. Marty impressionne lors d’un bal de fin d’année  de la promo 1955, avec une guitare électrique un peu spéciale, qui est censée rappeler Chuck Berry. C’est une Gibson ES-345TD 1963. Cherchez l’erreur!


Titanic

La mélodie probablement la plus présente dans nos esprits est la chanson « My Heart Will Go On » avec la voix « parfaite » de Céline Dion, qui n’arrive curieusement qu’à la fin, au générique. Curieux parce que la chanson finale est devenue la figure de proue musicale de ce film dramatique. Et il faut bien de la mélancolie, du drame et un amour fatal pour faire pleurer dans les chaumières !


Top Gun

Tom Cruise est la vedette d’un film avec une bande-son vraiment incroyable. La bande originale du film d’action Top Gun de Tony Scott a été numéro 1 dans les palmarès américains pendant 5 semaines consécutives durant l’été 1986. Si vous aimez le rock et la pop des années 80, ce film vous séduira sûrement par sa musique et l’action du film va de pair avec les sons puissants de batterie rock, de synthé et de guitare des années 80. Prenons, par exemple, la chanson thème du film composée par Harold Faltermeyer, un véritable hymne rock des années 80 :

Author’s gravatar
Passionné par la guitare, la musique et le son, Charlan a rejoint Thomann en 2005 et a joué dans divers groupes aux influences funk.

2 commentaires

    l’Odyssée de l’espace c’est Kubrick et pas Coppola

    Pour 2001 Odyssée de l’espace, c’est Richard Strauss et non Johann et ce n’est absolument pas Le beau Danube bleu mais Ainsi parlait Zarathoustra

Laisser un commentaire