Hit The Tone! Thundercat

Hit The Tone! Thundercat

C’est le dernier super héros à la mode ?

Presque, mais non. On parle plutôt d’un énergumène qui, quand on lui parle de musique, répond : « Bien sûr on ne peut pas ré-inventer la roue, mais on peut toujours lui mettre des jantes de 20 pouces » Thundercat (Stephen Lee Bruner, Los Angeles, 1984) a la musique qui coule dans les veines. Son père (Ronald Bruner Sr.) a joué de la batterie pour Diana Ross, The Temptations, Randy Crawford, Gladys Knight et d’autres. Et avec son frère, le batteur Ronald Bruner Jr. il faisait partie de ce groupe de Crossover Thrash appelé Suicidal Tendencies. C’est le premier chapitre d’un parcours qui l’a amené, alors qu’il n’a pas encore 40 ans, à jouer et produire la musique pour des artistes inconnus comme Kendrick Lamar, Snoop Dogg, Kamasi Washington, Flying Lotus, Childish Gamino, Mac Miller ou Kali Uchis. Outre les blagues, et comme si cela ne suffisait pas, Thundercat a sorti 3 albums solo sensationnels. Il mélange la soul, le hip-hop, le funk, le R&B, le jazz et l’électronique. Il a été comparé aux icônes Jaco Pastorius, Matt Garrison ou Stanley Clarke. Sans déconner.

Et c’est exactement ce que nous allons faire! Pour comprendre pourquoi Thundercat sonne comme ça, il faut pénétrer dans son atelier, alors parlons de la basse. Bien que l’Américain joue généralement avec un modèle signature qu’il a développé en partie avec Ibanez, il a admis à plusieurs reprises qu’il se soucie plus du format de l’instrument que du modèle lui-même : « J’ai toujours pensé que je ne jouerais jamais une basse avec plus de cinq cordes, mais la réalité, c’est que la sixième corde m’a donné de l’ampleur « .

Dans cette catégorie de basses, le marché nous offre de nombreuses options. L’une des plus demandées est la Harley Benton BZ-6000 NT, dont le rapport qualité/prix est sans égal sur le marché. Ce n’est pas un hasard si c’est la première basse à apparaître dans cet article sur Thundercat : l’une des vertus de la BZ-6000 est sa polyvalence qui lui permet de s’adapter à des genres aussi contrastés que l’Acid Jazz ou la pop. Pour un prix similaire, 389 €, il y a l’Ibanez SR306EB-WK, appartenant à la série Soundgear et équipée de micros PowerSpan double bobinage.

Si on augmente le budget, on trouve trois modèles très intéressants, avec des finitions très subtiles et détaillées : la Warwick GPS Thumb BO 6 NT, la Sandberg California II TM6 BKB ou encore l’Ibanez SRMS806-BTT. Pour la moitié du prix, soit environ 500 €, l’ESP LTD B206 est une option qui se situe exactement à mi-chemin en termes de prix et de qualité, presque à la limite de l’excellence.

Thundercat a aussi tendance à prodiguer des basses quatre cordes Hollowbody. Pour ces modèles il opte encore une fois pour Ibanez. L’AFB200, qui est un modèle récent, semble être l’option la plus adaptée en raison de sa polyvalence. Il faut se rappeler qu’il s’agit d’un musicien qui passe du soul au funk et du hip-hop à l’électro sans cligner des yeux. L’adaptation aux différentes situations sonores semble être l’élément le plus important pour lui.

Une ou deux alternatives à ce modèle Ibanez serait la très fiable Harley Benton HB-60 WB et la Höfner Club Ignition HI-CB-SB, très demandée par ceux qui veulent se souvenir du son et de la psychédélie des Beatles, mais aussi par les amateurs de jazz.

Astuce bonus : En ce qui concerne les cordes, Thundercat choisit La Bella, en particulier le 0760M, filée plat.


Il fait comment pour avoir un son si fat ?

Chaque fois qu’on l’interroge sur son équipement, Thundercat répète qu’en termes d’amplificateurs, il a craqué sur les amplis Aguilar. Dans la vidéo ci-dessus, vous pouvez le voir jouer avec une tête de cette marque new-yorkaise, particulièrement remarquable dans la fabrication de têtes de basse et de pédales d’effets, et aussi connue pour son intention d’intégrer la technologie la plus avancée dans le développement de ses équipements pour bassiste.

L’un des modèles les plus remarquables de cette marque est le Tone Hammer 700, avec lequel l’entreprise a décidé de « grossir » -en taille et en puissance- ses têtes. C’est une amélioration des Tone Hammer 350 et Tone Hammer 500, (tout aussi hautement recommandés et plus économiques), avec 700 Watts de puissance et un poids d’environ 2,2 kg. Le circuit de préamplification avec l’égaliseur de basses, médiums et d’aigus est le même que dans les modèles précédents. D’autre part, le Hammer 700 ajoute une distorsion élégante et un plus grand punch dans les médiums grâce au bouton Drive, qui permet de contrôler le circuit AGS (Adaptative Gain Shapping). La tête comprend une boucle d’effets série, une sortie XLR symétrique et deux sorties Speaker Twist.


Et les effets ?

Dans cette vidéo, nous voyons Thundercat ajuster un filtre passe bande. Il s’agit du Moog MF-101, un appareil si polyvalent que de nombreux bassistes arrêtent de traîner un pédalier entier le lendemain de leur achat. Le MF-101 possède les mythiques filtres Moog et un suiveur d’enveloppe de balayage de filtre, qui peut être contrôlé dynamiquement. Certains disent que Moog a changé la musique avec ses synthétiseurs et que le « Moog Sound » fut ainsi créé. Si c’est vrai, o,n peut clairement dire que Thundercat a lui aussi acquis le fameux « Moog Sound ».

Ok, continuons à parler pédales. Un autre élément de base de notre bassiste bien-aimé est le Digitech Pitch Shifter Whammy Ricochet, qui permet de varier l’accordage de l’instrument en deux modes (normal et momentané) et de régler le temps de ce changement d’accord, ce qui génère le célèbre effet Whammy.  La pédale comprend sept sélections de tonalité et une alternance pour choisir la direction du changement. De plus, il comprend un interrupteur qui permet d’arrêter la transposition et de maintenir le son à une certaine tonalité.

L’une des caractéristiques du son de Thundercat est le mélange des sons des années 70 et des sons d’aujourd’hui. En ce sens, il suffit d’écouter la main de maitre dans l’album monumental « To Pimp a Butterfly » de Kendrick Lamar. L’une des pédales qui lui permet de faire ce beat est la Boss PH-3, qui « récupère“ l’effet tremolo classique des synthétiseurs des années 60. Pour ce faire, il utilise un oscillateur basse fréquence (LFO) qui va vous permettre de choisir parmi une variété de tonalités classiques générées.

La dernière pédale utilisée par Thundercat est la Boss SYB-5. Ce matériel parvient à reproduire le son des synthétiseurs classiques. Pendant des décennies, nombreuses ont été les pédales qui ont essayé de reproduire ce fameux son sans jamais le faire correctement. En récupérant toutes les nuances, détails et recoins des vieux synthétiseurs, Boss a su le réaliser et le succès a été sans précédent. Le SYB-5 offre 11 variations d’ondes, il est aussi possible de contrôler la fréquence de coupure et le LFO grâce à la pédale d’expression Roland EV-5 en option. Une autre de ses nombreuses vertus est la possibilité de tenir une note tout en jouant une ligne de basse superposée, vous permettant d’enregistrer des solos avec des structures très complexes.

Pour conclure sur les pédales, nous aimerions souligner quelques autres modèles pour basse qui, bien qu’elles ne figurent pas parmi les préférées de Thundercat, méritent notre critique. Voici notre sélection : le filtre d’enveloppe de basse MXR M 82, le compresseur tc électronique SpectraComp, la Studio Bass de Seymour Duncan, la MXR M87 ou la Keeley Bassist Compressor.


Conclusion

Le parcours de Thundercat nous montre qu’il est très difficile de créer n’importe quel type de musique sans un esprit agité, curieux et méticuleux. Après avoir écouté ses productions et ses lignes de basse, il semble impossible de penser qu’un genre ou une tendance musicale ait échappé à sa formation musicale. Nous pouvons aussi ajouter qu’il est nécessaire d’adapter votre équipement à ce que vous voulez en faire. Comme nous l’avons déjà dit, tous les instruments examinés dans cet article partagent deux caractéristiques : la polyvalence avec un fond rétro, les deux seuls termes qui peuvent être assurément utilisés pour définir la musique de Thundercat.

Author’s gravatar
Passionné par la guitare, la musique et le son, Charlan a rejoint Thomann en 2005 et a joué dans divers groupes aux influences funk.

Laisser un commentaire