Hit the Tone! Comprendre le grand Stewart Copeland

Hit the Tone! Comprendre le grand Stewart Copeland

   

Peu de musiciens soulèvent un accord aussi unanime que Stewart Copeland. Et c’est facile à vérifier, il suffit de demander à deux batteurs de styles complètement différents: les deux respireront profondément lorsque le nom du batteur de Police est mentionné. Dans le trio qu’il a formé avec Andy Summers et Sting, Copeland a redéfini la batterie pop. Il l’a fait en y introduisant les influences du reggae et du jazz, en utilisant différentes structures de batterie et en misant sur des rythmes syncopés (le charleston n’avait jamais eu autant d’importance). Dans cet article, nous passons le « son Copeland » au microscope et vous laisserons un catalogue de conseils pour que vous puissiez mettre toutes les chances de votre côté et devenir la prochaine reine ou roi de la batterie.

L’importance d’aller à contre-courant

À une époque où les producteurs essayaient de faire sonner les batteries aussi massives que possible et que les musiciens commençaient à utiliser des toms basse de 14 et 16 pouces comme toms de rack, Stewart Copeland est allé dans la direction opposée: il cherchait à atteindre le volume et la projection à travers des toms plus petits et plus étroits, et des cymbales plus aiguës et « plus rapides ». Comment y est-il parvenu? Ce n’était pas si difficile: un charleston de 13 pouces et ce que Tama a apporté au marché en 1978: les Octobans. Au cas où : les Octobans sont des toms à corps tubulaire qui étaient à l’origine regroupés en une série de huit notes affinées, d’où leur nom. Ils ont normalement un diamètre de 15 cm (6 « ) et leurs longueurs varient de 280 mm (11 ») à 600 mm (23,5 « ). Cette différence de longueur de tube est ce qui donne à chaque unité son ton caractéristique. Copeland lui-même vous l’explique en détail ici:

Vous êtes actuellement en train de consulter le contenu d’un espace réservé de Youtube. Pour accéder au contenu réel, cliquez sur le bouton ci-dessous. Veuillez noter que ce faisant, des données seront partagées avec des providers tiers.

Plus d’informations

L’Américain a également beaucoup contribué à l’utilisation de la splash, généralement de 6 et 8 pouces. En fait, il est considéré comme l’un de ses plus grands partisans historiques. Grâce à une cymbale « jouet », il a aidé Paiste à développer sa première version d’une splash moderne. Un exemple de l’importance des Octobans et de la splash dans The Police? Bien sûr, c’est parti:

Vous êtes actuellement en train de consulter le contenu d’un espace réservé de Youtube. Pour accéder au contenu réel, cliquez sur le bouton ci-dessous. Veuillez noter que ce faisant, des données seront partagées avec des providers tiers.

Plus d’informations

 

Le kit, le kit, le kit!

On dit souvent qu’il existe deux types de batteurs, ceux qui choisissent d’avoir un grand nombre de toms autour et ceux qui préfèrent sélectionner leur ensemble avec précision pour souligner leurs capacités naturelles. Stewart Copeland, qui a utilisé pratiquement le même ensemble pour les cinq albums de The Police, en est un exemple. Parlons de sa caisse claire, par exemple, une Tama 14 x 5 « en chrome sur laiton avec un cerclage de 1,5 mm, accompagné d’une grosse caisse de 22 x 18 », de toms de 10 « et 12 x 8 » et 13 x 9 « , toms de 16 « et 18 x 16 », en plus des Octobans susmentionnés.

Et si on parle de cymbales, il faut surtout parler de charleston.

Vous êtes actuellement en train de consulter le contenu d’un espace réservé de Youtube. Pour accéder au contenu réel, cliquez sur le bouton ci-dessous. Veuillez noter que ce faisant, des données seront partagées avec des providers tiers.

Plus d’informations

 

Vous l’avez entendu? Remarquez-vous que la voix « chantante » du kit n’est pas, comme à son habitude, sur la caisse claire? C’est vrai. Dans beaucoup de chansons de The Police, il semble que la partie centrale de la batterie soit le charleston. Avec un modèle de 12 « , Copeland a développé, grâce à des attaques très précises, la base de ce qui serait un son très éloigné de ce qui avait été vu jusqu’à présent. Un examen rapide du reste des cymbales: splash en 12″ et 14″, carillon de coupe en 6″, crash en 16 », 17 « et 18″, et enfin rides et 22 », tout cela développé main dans la main avec Paiste.

Vous vous demandez peut-être en quoi consiste cette revue de chaque pièce du kit Copeland. La curiosité est que, alors que la production et le son changeaient au fur et à mesure que The Police développaient leur carrière, du son sec et précis de Zenyatta Mondatta (1980, A&M Records) au crunch de Synchronicity (1983, A&M Records), la batterie est resté fondamentalement la même!

 

Bon, maintenant dis-moi: comment jouer comme Stewart Copeland?

Très bien, pour en venir au fond, nous devrons être clairs sur certaines choses:

Stewart Copeland est considéré comme l’un des musiciens les plus influents du monde pop. Qu’est-ce que ça veut dire? Eh bien, il puise dans le jazz, la musique libanaise, le reggae et l’ajoute à sa propre langue. C’est l’une des clés de son style inimitable: personne ne dirait que The Police a joué des tangos, mais il y a, par exemple, dans Roxanne. Si vous creusez un peu, vous remarquerez ces métriques, ce groove.

Vous êtes actuellement en train de consulter le contenu d’un espace réservé de Youtube. Pour accéder au contenu réel, cliquez sur le bouton ci-dessous. Veuillez noter que ce faisant, des données seront partagées avec des providers tiers.

Plus d’informations

Attention aux accents: un autre des grands secrets de Copeland. Parfois, il les distribuait de manière très régulière et presque symétrique, comme dans le cas de Don’t Stand So Close to Me, mais d’autres fois il les plaçait de manière aléatoire et spontanée, ce qui donnait au morceau fraîcheur et impulsion. Prenez, par exemple, Demolition Man, où il mélange le rythme du charleston avec des accents aléatoires et la chanson devient soudainement complètement autre chose. Ce détail, qui sur tout autre batteur serait décousu et chaotique, est aussi naturel que la respiration pour Copeland, en raison de son superbe sens du rythme.

Toujours surprenant: le premier beat de chaque ligne de batterie Copeland surprend toujours l’auditeur. Des rythmes non évidents (un hi-tom accentué, un silence éternel pour entrer dans le deuxième temps) qui se sont placés dans presque chaque morceau du groupe. Faites y attention et ajoutez de la subtilité aux débuts de vos phrases, c’est un bon point de départ.

Brisez les métriques. Copeland a renforcé son style grâce à l’utilisation de la syncope (il est considéré comme l’un des plus grands de cet art rythmique), mais il y avait autre chose: une impressionnante maîtrise du mixage des rythmes. Dans ce cas, 6/8 et 3/4. Cela peut vous sembler comme de la physique quantique en ce moment, mais essayez d’expérimenter.

Surveillez votre pied droit. Jetez un œil à ce refrain et vous remarquerez à quel point son pied droit est totalement indépendant de sa main droite, surtout pendant la partie la plus groovy: les accents de cymbale apparaissent en contrepoint avec le motif de grosse caisse. Un autre détail à prendre en compte.

Utilisez la technologie toujours au service de la chanson. Dans Walking on the Moon pour donner une sensation d’apesanteur, le batteur mélange les mains dominantes et joue des toms, et c’est presque extra-terrestre. Il fait passer des temps 1 et 3 aux temps 2 et 4. De plus, Copeland applique un léger retard sur la caisse claire et le charleston. Lorsque beaucoup ont utilisé la technologie pour combler leurs lacunes, Copeland marchait déjà sur la lune;)

Vous êtes actuellement en train de consulter le contenu d’un espace réservé de Youtube. Pour accéder au contenu réel, cliquez sur le bouton ci-dessous. Veuillez noter que ce faisant, des données seront partagées avec des providers tiers.

Plus d’informations

Parlons des baguettes

Avant de terminer, une dernière chose. Oui: les baguettes. Copeland, avec Vater, a développé une paire de baguettes en noyer américain de 16 « avec une olive ovale, qui fournit une frappe claire et articulée. Mais ce qui est plus important: la technique. Il y a une conversation récurrente entre les batteurs: prise assortie ou prise traditionnelle? Cette dernière technique consiste à prendre la baguette droite avec le pouce et l’index et celle de gauche dans l’espace entre le pouce et l’index et à la passer entre l’annulaire et le majeur. La prise « moderne », d’autre part, est censée chercher un son plus uniforme entre les deux mains (bien que cela puisse également être obtenu avec la poignée traditionnelle), et consiste à tenir les deux bâtons avec le pouce et l’index et à embrasser le bois avec le reste des doigts.

Copeland est clair à ce sujet: « Je préfère la prise traditionnelle. Ma théorie est que le pouce est un doigt plus fort que l’index. Et la pression est appliquée à la baguette plus directement avec le pouce qu’avec la combinaison de doigts utilisée dans la prise moderne ». Cependant, dans de nombreuses vidéos, vous pouvez voir Copeland faire des variantes de la poignée classique et placer la baguette gauche entre son majeur et son index. Quoi qu’il en soit, c’est toujours fait à sa manière.

https://www.youtube.com/watch?v=EESQBJjhfUo

Author’s gravatar
La musique d'abord, mais la guitare surtout ! Guillaume rejoint Thomann en 2017 et en est actuellement à 588 pauses déjeuner passées dans le magasin à essayer du matériel !

3 commentaires

    Plusieurs erreurs dans cet article. Franchement, c’est dommage.
    – passe encore les photos qui illustrent bien mal le sujet : splash paiste pst 5, la dernière ride que Copeland a développée mais bien après la fin de Police….
    MAIS surtout : une caisse claire Tama, et l’erreur de fond qui tue…
    Précisément, Copeland était en contrat avec Tama mais il a enregistré tous les albums de Police avec une toute autre caisse, qu’il cachait un peu pour ne pas fâcher Tama. Cette caisse est une Pearl « Jupiter » 5’’x14’, avec un déclencheur simple mais un fût en laiton. C’était la « Black Beauty du pauvre ». Stewat lui a ajouté un cercle moulé en frappe, comme il était courant de faire dans les années fin 70-80 (Katché a fait pareil avec sa Black Beauty). Et voilà, une peau remo ambassador bien tendue, une claque en position tambour et son génie font le reste du son Copeland.
    Stewart Copeland joue encore cette caisse claire sur son kit installé à demeure pour enregistrer les boeufs avec ses amis, chez lui, à Sacred Grove. Elle a donc près de …50 ans?

    Suite au commentaire précedent:
    Laurent, je vous trouve franchement sévère (« l’erreur qui tue »…)
    Proposition: vous prenez contact et vous réécrivez cet article ensemble.
    Entre passionnés, ça devrait parfaitement fonctionner !

    Merci a vous 2 je me suis régalé de vous lire j ai appris pleins de nouveau details que je n avais pas dans ma collection mais aucun de vous 2 ne parle du details qui a fait la grande différence « jme permet d y apporter ma contribution au passage »
    Le delay sur hit hat qui lui permetait d avoir le bon tempo en live pour sir sting
    Élaboré par kim turner et nigel gray au surrey sun studio devenu depuis une epicerie
    Le producteur Huge padgam sur l album goth in the machine a voulu retrouvé son jeux live dans cet album le titre « one world » est vraiment l essence même de son jeux loin tres loin a c est debut solo dans klark kent & l album solo de brian james ex damned
    Au plaisir les amis

Laisser un commentaire

PUBLICITÉ