Guide d’achat des contrôleurs de monitoring

Guide d’achat des contrôleurs de monitoring

Il ne faut pas se voiler la face, le GAS (gear acquisition syndrome) s’attrape rapidement: on commence avec une carte son, une paire d’écoute et un casque et on finit rapidement par se retrouver avec de quoi rendre la config’ plus polyvalente et plus pratique dans la quête ultime du son parfait… Quand arrive la deuxième paire d’enceinte (oui parce vous verrez elle arrive) se pose la question de les brancher sur votre système déjà existant. Alors on se tourne naturellement vers les contrôleur de monitoring, mais ne servent-t-ils qu’à ça?


Plusieurs paires de moniteurs

Il n’est pas rare de trouver plusieurs ensembles de moniteurs dans les studios d’enregistrement. Les studios sont souvent équipés avec au moins une paire de moniteurs de proximité, une paire de moniteurs moyenne ou longue distance et de quelques autres types, utilisés pour leur couleur, tels que les moniteurs « cube » ou les moniteurs Low-Fidelity. Les différents moniteurs aident vraiment à comprendre comment la chanson se traduit ou se matérialise en fonction du support d’écoute. Le mastering consiste à « faire sonner » la chanson sur un système surround à 4000 € ou plus, tout comme sur un smartphone.

Dans ce cas, le contrôleur de monitoring est pratique pour commuter entre les enceintes sans avoir à bouger, ou pire, à câbler .

 

Mono, Stereo, Surround

La vérification d’une piste en mono (phase, volume, vérification du bas du spectre…) est une astuce utile, utilisée depuis des décennies par d’innombrables ingénieurs du son – et le contrôleur de monitoring vous permet de le faire avec la simple activation d’un interrupteur!

Aussi, pour les concepteurs de bande-son et de sound-design, le mixage surround (5.1) n’est pas un mystère et le contrôleur de monitoring vous permet de couper les parties spécifiques de votre configuration (gauche, centre, droite, surround gauche, surround droite, sub). Alors écoutons cet orgue sur le canal avant gauche, monsieur Hans Zimmer!

 

Le contrôle du caisson de basse

Nous devons ajouter au point précédent que les caissons de basses peuvent être activés et désactivés indépendamment avec un contrôleur de moniteur. C’est très utile pour vérifier comment se comporte le grave de votre mixage.

Beaucoup de caissons de basses disponibles sur le marché permettent de les allumer et de les éteindre avec des commutateurs footswitch (interrupteur/pédale), mais le contrôleur de monitoring va encore plus loin en vous permettant d’utiliser le caisson de basses avec n’importe quel ensemble d’enceintes disponibles dans votre studio et raccordé au contrôleur. De plus, la fonction sub/LFE permet de choisir quelles fréquences sont envoyées aux caisson de basses et quelles sont celles envoyées aux enceintes principales. C’est ce qu’on appelle la fréquence de coupure indépendante.

De nombreux caissons de basses incluent un contrôle possible via une pédale/interrupteur footswitch et des filtres intégrés, mais sans un contrôleur de moniteur, impossible d’utiliser le caisson de basses avec plus d’une paire d’enceintes.

 

Les retours casques et le talkback

Les contrôleurs de monitoring sont utiles à la fois pour la salle de contrôle (Control Room) et la salle de prise, offrant des mixages de casque configurables et totalement indépendants, avec un amplificateur intégré (dans la plupart des cas) et un micro Talkback.

Le micro Talkback est un tout petit micro intégré à l’interface qui vous permet de communiquer avec le groupe qui porte les casques reliés au contrôleur. Avec un retour direct de la voix de l’ingé-son dans leur casque, cela permet d’accélérer les processus sans faire de mimes derrière la vitre de la cabine.

 

La sélection d’entrée

Les entrées supplémentaires sont les « Saint-Graal » du monitoring professionnel: la capacité d’écouter d’autres sources avec la même paire de moniteurs tels qu’un lecteur cd, magnétophones ou d’autres sources sonores est une aubaine pour la créativité. Cependant, toutes les interfaces audio d’enregistrement ne possèdent pas forcément autant d’entrées et de sorties supplémentaires.

C’est là que le contrôleur de moniteur devient crucial, en ajoutant de la flexibilité à votre configuration. Certains contrôleurs, tel que le Mackie Big Knob, ont également des préamplis intégrés sur ces entrées, ce qui vous permet d’utiliser ces auxiliaires à des fins d’enregistrement.

 

Quel contrôleur me convient?

En fonction de votre budget, vous pouvez trouver un produit adapté en parcourant notre vaste sélection de contrôleurs de monitoring.

Vous y trouverez des offres intéressantes telles que le JBL Nano Patch Plus, le Palmer Monicon et le Mackie Big Knob Passive à moins de 100 €, mais attention: ces produits sont passifs et ne fonctionneront pas avec les moniteurs passifs qui nécessitent une amplification. Vous pouvez bien entendu raccorder le contrôleur à un amplificateur de moniteurs passifs.

Le Presonus Monitor Station, l’Audient iD22 (qui fonctionne à la fois comme un contrôleur de moniteur et une interface audio) tout comme le renommé Mackie Big Knob Studio sont aussi des solutions de choix très appréciés des utilisateurs.

Dans les produits haut de gamme, il est impossible de ne pas mentionner le SPL SMC 2489, idéal pour les amoureux du son et les concepteurs sonores, le SPL 2Control (avec un design analogique complet) ainsi que le Crane Song Solaris.

En résumé…

Les contrôleurs sont utiles pour:

  • La commutation entre plusieurs enceintes
  • Activer et désactiver les caissons de basses, quel que soit la paire de moniteurs que vous utilisez
  • Contrôle total de votre espace, sélection mono, stéréo et surround
  • Entrées supplémentaires pour le monitoring
  • Micro talkback et amplificateur de casque pour la salle
Author’s gravatar
Passionné de musique et de son, j'ai rejoint le petit village d'irréductibles musiciens de Treppendorf en 2005 pour finalement y poser mes flightcases.

Laisser un commentaire